la vengeance est un plat…

la scène se passe dans une jolie maison. une femme emballe tranquillement ses effets personnels dans des cartons, des malles et des valises que les déménageurs viendront emporter le lendemain. puis elle s’assied une dernière fois dans la salle à manger et se fait un festin de crevettes, de caviar et de champagne. son repas terminé, elle se rend dans chacune des pièces de la maison, et dépose, à l’intérieur des tringles à rideaux, les crevettes qu’elle n’a exprès pas dégustées. et, après avoir soigneusement tout nettoyé derrière elle,…

… elle quitte la maison.

quelques jours plus tard, l’ex-mari revient s’installer dans la maison en compagnie de sa nouvelle petite amie. les premiers jours, ils filent le parfait amour.

les premiers jours.

très vite, une mauvaise odeur s’installe dans toute la maison. nettoyage, récurage, aération: rien n’y fait. les deux occupants font alors vérifier les conduits d’aération, qui ne recèlent aucun cadavre de rongeurs en putréfaction. tapis, moquettes et tissus muraux sont nettoyés à la vapeur, et des purificateurs d’air placés un peu partout. l’odeur persistant, le couple décide de prendre une chambre à l’hôtel, le temps qu’une entreprise d’extermination vaporise des produits anti-bestioles dans toute la maison.

mais, à leur retour, l’odeur est toujours là.

le moment est alors venu d’employer les grands moyens: tapis et moquettes sont remplacés pour une somme faramineuse.

mais l’odeur persiste.

peu à peu, les amis du couple cessent leur visite, le facteur fait un détour et « oublie » de distribuer leur courrier, leur femme de ménage donne son congé… finalement, incapables d’endurer davantage cette pestilence, l’homme et sa nouvelle petite amie décident de vendre la maison.

un mois plus tard, et bien qu’ils aient réduit le prix de moitié, ils n’ont toujours pas trouvé d’acheteur. car le mot a circulé et même les agents immobiliers ne répondent plus à leurs appels. en dernier recours, ils souscrivent un gros emprunt pour acheter une autre maison.

c’est alors que l’ex-épouse téléphone à l’homme, histoire de prendre de ses nouvelles. elle s’ennuie terriblement de cette maison et serait prête à accepter de réduire ses prétentions dans leurs négociations de divorce si elle pouvait récupérer la maison…

omettant consciencieusement d’informer son ex-épouse des odeurs pestilentielles qui y règnent, l’homme lui dit qu’il veut bien lui céder l’objet pour le dixième de sa valeur réelle, à une seule condition: qu’elle signe les papiers le jour même. l’affaire est conclue et les avocats de l’ex-mari lui envoient les papiers séance tenante.

une semaine plus tard, l’homme et sa nouvelle petite amie ne peuvent réprimer un sourire discrètement narquois en regardant l’ex-femme emménager et poussent en même temps un soupir de soulagement en regardant les déménageurs tout emporter.

absolument tout. y compris les tringles à rideaux..