si on recommençait

image

pièce d’éric-emmanuel schmitt créée le 21 septembre 2014 à la comédie des champs-élysées à paris, mise en scène steve suissa, int. michel sardou, félix beaurepin, dounia coesens, florence coste, katie miran, anne gaylor. 90′. 3,5 pouces.

l’argument
alexandre, dit sasha, suchet (sardou), 65 ans, revient dans la maison de sa jeunesse. un incident lui fait perdre connaissance et…

… revenir littéralement au temps de sa jeunesse, 45 ans plus tôt, lors de la journée qui a décidé de son destin…

l’avis
s’il nous était donné de revenir dans le passé et que nous étions confrontés à ce que nous étions à un moment crucial de notre vie, que changerions-nous, et d’abord changerions-nous quoi que ce soit, sachant ce qu’a été notre vie? prendrions-nous les mêmes decisions, sommes-nous libres de décider? quelle est la part du destin, où se situe notre libre-arbitre?

autant de questions passionnantes que pose éric-emmanuel schmitt avec son sens habituel de la « comédie grave », de la réflexion fondamentale sans en avoir l’air. car on rit autant que l’on est ému, on s’amuse autant que l’on s’interroge devant l’histoire de cet homme qui a brillamment réussi, qui faillit bien faire les mauvais choix pour les mauvaises raisons, et qui nous renvoie forcément à notre propre histoire, à nos propres choix, à nos propres erreurs, à nos propres victoires.

suchet revit donc cette journée qui décida de son avenir, dans sa tête, parce que c’est un souvenir. ou pas. schmitt ne donne aucune clé en la matière. mais le fait qu’il n’ait pas le pouvoir de changer quoi que ce soit est parlant. ou pas. la question n’est pas là. la vraie question est: si c’était a refaire?

et quelle question vertigineuse… et pourtant, on sort du théâtre avec le sourire et la conviction d’avoir passé un bon moment. merci et bravo monsieur schmitt, il n’y a que vous qui soyez capable de ce prodige.

à voir absolument si vous êtes sur paris. ou à lire, puisque la pièce est sortie en livre de poche, si vous êtes partout ailleurs.

la comédienne francoise bertin, qui devait interpréter la grand-mère de suchet, a éprouvé une grande fatigue lors des répétitions et a dû être remplacée au pied levé par anne gaylor. elle est décédée quelques temps plus tard…