août 02

chagall à gianadda

Chagall




fondation pierre gianadda, rue du forum 59, 1920 martigny (suisse), du 6 juillet au 19 novembre 2007, ouvert tous les jours de 9h00 à 19h00, chf 18.-.

la fondation gianadda présente en ce moment une exposition sur movcha (moïse) chagall (il prendra le prénom marc à son arrivée à paris en 1911), à l’occasion du 120e anniversaire de sa naissance: chagall, entre ciel et terre. « Il m’a toujours semblé et il me semble encore que la bible est la plus grande source de poésie de tous les temps. depuis lors, j’ai cherché ce reflet dans la vie et dans l’art. la bible est comme une résonnance de la nature et ce secret, j’ai essayé de le transmettre. » ainsi s’exprime l’artiste en 1956 lors de l’édition de…

… ses eaux-fortes retraçant des épisodes de la bible. la bible? oui, l’oeuvre de chagall ne se limite pas à des personnages volant au-dessus des maisons, image trop souvent associée à l’artiste sans doute parce la critique, méfiante à l’égard de son éclectisme, a toujours privilégié ses premières années et son oeuvre russe.

esprit farouchement libre, poète de l’apesanteur, chagall refusera toujours d’adhérer aux courants artistiques du xxe siècle, et notamment au surréalisme, dont on peut déceler les prémices dans ses premières toiles. non par snobisme, mais par volonté de laisser s’exprimer ses penchants. ainsi, la série sur le cirque, ses toiles sur l’art juif, ses illustrations de la bible et des fables de la fontaine, et jusqu’aux vitraux qu’il réalisera pour différentes églises vers la fin de sa vie s’inscriront dans une sorte de contre-courant constant, sans pour autant cesser d’être empreints d’amour et de poésie.

l’exposition donne un bon aperçu de l’oeuvre (200 tableaux, gouaches, dessins, eaux-fortes, gravures) du peintre biélorusse (vitebsk 1887 – st-paul 1985), de ses débuts vers 1911 à 1984, un an avant sa disparition, dans sa 98e année. à voir si vous êtes dans le coin.