retrouvailles

on a dû se voir deux fois en presque 30 ans, à raison d’une fois tous les quasi 10 ans. autant dire rien. et quand on s’est revu hier, on a éclaté de rire et on est tombé dans les bras l’un de l’autre…

… malgré les années qui nous séparaient de celles du lycée où, musiciens en herbe, nous enflammions à 5 ou 6 quelques salles de nos rythmes brésiliens…

… malgré qu’il a perdu sa moustache et une grande partie de ses cheveux (mais sans changer d’un demi-quart de poil, si j’ose dire), et que moi je me la suis laissé pousser et que j’ai pris 20 kilos…

l’émotion, à laquelle pourtant je m’attendais, m’a surpris et submergé sans que je puisse, sans même que j’aie envie de la réprimer. une émotion où se mêlaient excitation et joie, et qui m’a repassé en accéléré – mais en cinémascope – le film d’un passé tellement présent, le film de ces petits et de ces grands moments, de ce bout de chemin dont je me suis écarté pour vivre une autre vie, de ces souvenirs que je croyais perdus à jamais et qui finalement m’ont assailli parce qu’ils étaient toujours en moi, tapis au tréfonds de ma mémoire…

et si j’ai eu l’impression de l’avoir quitté la veille, je me suis demandé pourquoi j’ai attendu toutes ces années pour reprendre contact. la réponse est sans doute dans les choses que j’avais à vivre et que j’ai vécues, tout simplement. non pas qu’il ne me reste plus rien à faire, bien au contraire, mais le recul de l’âge, l’expérience ou l’approche de la cinquantaine, appelez ça comme vous voudrez, me permettent aujourd’hui de (ou me poussent à?) m’arrêter un instant pour regarder autour de moi, à apprécier ces visages qui me sourient et à me souvenir, peut-être pour mieux avancer. nostalgie, quand tu nous tiens…

l’espace d’une année (la dernière du lycée avant le bac), alain a été mon condisciple et le guitariste du groupe de bossa nova que nous avions monté. il est aussi de ceux qui ont composé la partition de mes jeunes années (il en a composé d’autres depuis, notamment pour les inconnus). je lui en suis reconnaissant et j’ai plaisir aujourd’hui à côtoyer l’homme qu’il est devenu. sentimental, moi? … vous avez remarqué?

au terme d’un bon brunch en compagnie de son épouse et des deux filles, où nous avons, faut-il s’en étonner, beaucoup parlé, nous nous sommes quittés sur la promesse de nous revoir bientôt, et cette fois avec les autres potes de l’époque. rires émus et histoires par centaines vont, j’en suis sûr, enrichir cette méga-séance de rattrapage…

j’ai hâte.

allez voir sur imdb (international movie data base) entre autres, ou sur timec, son agence qui réalise des sites artistes, des sites éditoriaux, et propose les services de ses agents auprès de nombreux labels dans toute la galaxie…