pékin sur la sellette, le cio dans l’embarras…

après les opposants politiques et économiques à la tenue des jeux olympiques à pékin du 8 au 24 août 2008, voici maintenant que surgissent les protestations médicales. relayées par leur entourage, des médecins et des associations, plusieurs centaines de sportifs ont protesté contre ce qu’ils considèrent comme un grave danger pour la santé des 10’000 athlètes sélectionnés. principale cause en l’occurrence, la pollution dans la capitale chinoise, qui a atteint un niveau difficilement imaginable dans nos contrées et difficilement diminuable d’ici à l’ouverture des jeux. un million de voitures engorgent les rues en permanence, des usines…

…  géantes rejettent des gaz toxiques, sans compter la chaleur. le cio et les fédérations "commencent" (à  11 mois de la cérémonie d’ouverture) sérieusement à s’inquièter (mais se disent "confiants") des risques d’affections graves, de maladies respiratoires et d’allergies potentiellement chroniques que cette pollution fera courir aux athlètes, surtout dans les épreuves d’endurance. une solution évoquée serait de délocaliser certaines usines à 20 km du centre ville (mdr). une autre serait la prise de trois médicaments efficaces. mais deux d’entre eux sont proscrits par la fédération dans le cadre de la lutte contre le dopage et le troisième provoque de la somnolence (re-mdr). certains vont jusqu’à évoquer la possibilité de supprimer purement et simplement certaines épreuves comme le marathon! ben voyons. donc, à moins que pékin n’élimine 80% de sa pollution d’ici à août prochain (ou qu’une autre solution ne soit trouvée), les athlètes seront condamnés à subir sans pouvoir se soigner. de quoi faire retourner le baron de coubertin dans sa tombe…